Actualités/Articles

Les chantiers contre les lauriers envahissants en 2022 :

COMPTE-RENDU EFR S’EXPRIME

Projet NATURA Région Île-de-France & ARB IdF pour une mise en place en juillet 2022

L’association EFR a reçu un courriel provenant conjointement de la Région Île-de-France et de l’Agence Régionale pour la Biodiversité Île-de-France, ARB ÎdF (courrier ci-dessous) et y a répondu favorablement pour assister à la première réunion de mise en place du dispositif NATURA.
L’association EFR a été invitée parce qu’elle œuvre à la restauration d’un milieu forestier ; le travail des bénévoles pour mieux faire connaître la biodiversité par les sorties Nature, éviter la pollution des sols et la destruction de petite faune par les opérations forêt propre, et lutter contre l’érosion de la biodiversité et l’artificialisation de la forêt en retirant, coupant, arrachant les lauriers envahissants, correspond exactement à cette protection des espaces naturels que doit assurer NATURA.
Courriel reçu par EFR en janvier 2022 :
Mesdames, Messieurs, 
Madame Valérie Pécresse, Présidente du Conseil régional d’Île-de-France, m’a confié, en qualité de Présidente de l’Agence régionale de la biodiversité en Île-de-France, la mission de préfiguration de NATURA. 
Ce nouvel outil, dont la forme juridique et les contours restent à préciser, devra permettre de mieux protéger les espaces naturels, de dépolluer et revaloriser les friches urbaines et de favoriser le retour de la nature en ville, en articulant les politiques publiques déjà existantes sur l’ensemble du territoire francilien. Il s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’objectif Zéro Artificialisation Nette (ZAN) qui implique à la fois de favoriser le renouvellement urbain et de renaturer plus massivement les villes. Cet outil, dont la vocation est opérationnelle, sera mis au service du patrimoine naturel et du cadre de vie des franciliens. 
Une large consultation préalable est mise en place pour recueillir les avis des acteurs du territoire, des associations, des entreprises, des services publics, des experts et des scientifiques. Il s’agit d’engager un dialogue multi-acteurs pour identifier collectivement les attentes et besoins auxquels pourrait répondre ce nouveau dispositif. 
A la fois experts, scientifiques, gestionnaires, citoyens engagés, vous êtes en première ligne sur les questions concernant la protection de la nature. Les associations naturalistes participent à l’amélioration de la connaissance et à la conservation du patrimoine naturel francilien, la Région les accompagne d’ailleurs grâce à l’Appel à projets pour la reconquête de la biodiversité. S’intéressant à l’aménagement de leur commune, les associations de défense de territoires développent non seulement une expertise sur la déclinaison des outils de planification à échelle locale, mais sont surtout des sentinelles en veille dont le regard, notamment sur les enjeux de revalorisation des friches, sera précieux. Constitué majoritairement de bénévoles, le tissu associatif se mêle pleinement aux franciliens et franciliennes et est le reflet des préoccupations de la population. En interface avec les collectivités, les PNR, les Départements, les organismes de recherche, les entreprises, vous êtes des structures de référence pour les différents acteurs de la région. Votre lecture des enjeux ainsi que votre compréhension du territoire viendront ainsi enrichir la mission de préfiguration du dispositif que je souhaite construire. C’est pourquoi j’ai le plaisir de vous inviter à une réunion : Le vendredi 21 janvier 2022 à 14 h 00.
S. Deschiens

Publicités

REPORT THIS ADCONFIDENTIALITÉ


COMPTE RENDU de la Réunion Teams du 21 janvier 2022
Mission de préfiguration dans le but d’identifier les besoins, dialogue pour établir le diagnostic de la situation.
Audition menée par Mmes Sophie Deschiens, présidente de l’ARB ÎdF et Lucile Dewulf naturaliste et écologue à l’ARB.
Partie générale introductive
Trois objectifs pour NATURA
– Renforcer la préservation de l’environnement, renforcer la protection des espaces naturels
– Nature en ville : améliorer les projets de renaturation en Île-de-France ; renaturer leszones urbanisées et les espaces dégradés. Rendre les villes plus accueillantes pour la nature et la biodiversité.
– Valoriser les friches.
Avec en ligne de mire, le ZAN = Zéro Artificialisation Nette. NATURA est un dispositif Régional pour l’Île-de-France.
Mme Sophie Deschiens a souhaité entamer sa mission par l’audit des différents acteurs : Parcs Naturels Régionaux, Entreprises, ONG, Associations environnementales, services publics, scientifiques…
But : faire remonter les besoins, les attentes des différents acteurs concernés pour créer un dispositif qui soit complémentaire et ne pas refaire ce qui existe déjà.
Présentation du sujet « Île-de-France » par Lucile Dewulf
L’IdF c’est 50% de terrains agricoles et 23% de milieu urbain.
Biodiversité : Baisse de richesse et d’abondance des insectes (papillons – 30%) ; des oiseaux – 30% et des chauve-souris – 55%.
Il y a donc un fort besoin de renaturation, en quantité et en qualité.
Pour le bien-être humain, lutter contre les canicules etc. il faut un certain nombre d’espèces végétales.

Pour le moment, il y a deux agences qui s’occupent de l’environnement en IdF :
– L’agence des espaces verts (AEV)
– L’agence régionale de la biodiversité (ARB IdF)
Différentes questions et remarques générales ont été posées par des représentants des associations environnementales présentes (LPO, FNE IdF, SNPN, et beaucoup d’autres…)
– Inquiétude quant à d’éventuelles menaces sur l’ARB et l’AEV
– Inquiétude quant au maintien de terres fertiles en ÎdF,
– Comment se fera l’arbitrage sur les besoins prioritaires ?
– Les trames (bleue, verte, noire, brune) vont-elles primer sur d’autres besoins ? – Ne faudrait-il pas plutôt ne pas perdre les zones en bon état ?
– Il faudrait dégager des indicateurs de biodiversité suffisamment fins pour un maillage serré des trame
– Quels leviers offrira NATURA pour la valorisation des friches ? 

Publicités

REPORT THIS ADCONFIDENTIALITÉ

Partie principale de la réunion :
Objectif n°1 du projet NATURA : La protection des espaces naturels = classement des sites, restauration de milieux dégradés, etc.
Les associations sont invitées à parler de leurs difficultés dans ce qu’elles essaient de réaliser, que celles-ci soient financières, dans leurs rapports avec les élus, etc.
Demandes et remarques des associations :
Les élus considèrent souvent que la biodiversité c’est compliqué surtout par rapport au changement climatique ; il y a un problème avec le ZAN, le PLU doit prévoir des espaces de compensation plus pertinents.

 L’association EFR fait un appel à l’aide : explication du contexte en forêt de Fausses- Reposes et pose du problème des Espèces Exotiques Envahissantes (EEE). La forêt de Fausses-Reposes est bien un milieu dégradé, en voie d’« artificialisation » par l’invasion de végétaux exotiques plantés pour faire des haies en zone urbaine et qui modifient complètement la forêt.
Le travail des bénévoles de l’association EFR : permettre à l’écosystème de fonctionner à nouveau correctement.
Pour une plus grande efficacité, il faudrait une prise de conscience de la population et de leurs élus ; plus de « bras » et plus de moyens.

Il a été signalé par d’autres associations également, que l’argent attribué par la Région Île-de-France n’est donné qu’en remboursement des sommes dépensées, alors que les petites associations ont des problèmes de trésorerie et ce remboursement ne couvre souvent qu’un pourcentage limité des dépenses effectuées.
 D’autres associations signalent des problèmes fonciers
Il faudrait calculer le nombre de m2 de pleine terre (espace vert) par habitant ; pour certaines villes, c’est extrêmement faible.
 Il y a aussi le problème des énergies renouvelables : dispositifs souvent installés dans des zones naturelles peu peuplées. Et la réflexion sur les impacts sur la biodiversité (s’il y en a une) a lieu systématiquement après la prise de décisions ! Un « biais » fait que les terrains les plus recherchés (pour ces structures) sont souvent en voie de renaturation. Pour faire barrage à cette artificialisation supplémentaire, pour le moment on peut se servir du « plan pollinisateurs », par exemple conservation d’abeilles sauvages dans un sol sablonneux.Il faut que transition énergétique et érosion de la biodiversité soient vues ensemble. Il a été signalé que la CNDP Commission Nationale du Débat Public permet d’intervenir en amont de l’enquête publique.
 Associer les agriculteurs et mettre en avant leurs changements de pratique : recréation de haies, renforcement des continuités écologiques…

Publicités

REPORT THIS ADCONFIDENTIALITÉ


Objectif n°2 du projet NATURA : la renaturation
Demandes et propositions des associations :
–  Associer la population grâce aux sciences participatives ; par exemple, « fauneidf » permet de signaler ses observations naturalistes.
–  NATURA doit donner des moyens et mettre de l’huile dans les rouages pour faciliter le travail des associations
–  Exemple de renaturation avec la LPO : chantiers jeunes, en partenariat avec des scouts, établissement de refuges avec des entreprises et des collectivités
–  Essayer d’avoir une approche écosystémique.
–  Exemple de renaturation avec le SNPN : restauration et inventaire des mares en IdF,organisation de la fête des mares, etc.
–  Faire des listes d’espèces végétales à installer pour planter local.
–  L’Agence des Espaces Verts (AEV) a des conventions avec certaines associations etpeut aussi prêter terrains et bâtiments.
–  Les pêcheurs et les chasseurs pensent avoir un rôle à jouer dans la sauvegarde de la biodiversité (intérêt commun disent-ils). Exemple : suivi par des pêcheurs des populations piscicoles.

Impression générale : Prise de contact intéressante concernant un projet potentiellement utile. Nombreuses prises de parole, dont celle de EFR. Plusieurs contacts à prendre, des informations et des exemples utiles pour EFR.